La méditation à l’école pour favoriser l’apprentissage

December 29, 2016

 

 

Dans plusieurs pays, comme au Canada, la « pleine conscience » a franchi la grille des écoles. Relaxation et éducation scolaire se conjuguent au présent, mais pas en France car l’Éducation nationale fait de la résistance. Pourtant cette technique de méditation permet d’améliorer le bien-être et les performances scolaires des élèves. Un sujet qui reste à méditer chez nous car c’est l’EMC qui a fait sa rentrée scolaire 2015 en France : l’ enseignement de la morale et du civisme. 

 

Depuis une dizaine d’années, les méthodes de méditation adaptée à l’enfant voient le jour. Parmi les plus célèbres : « L’attention, ça marche ! » de la Néerlandaise Eline Snel, « B » ou « Dot-be » du Britannique Chris Cullen et plus récemment, « Mindful Up » de la Française Jeanne Siaud-Facchin. Objectif : diminuer l’agitation psychique et émotionnelle afin de favoriser l’attention, l’écoute et l’apprentissage.

 

Directement inspirés du programme MBSR (réduction du stress par la pleine conscience) développé par l’américain Jon Kabat-Zinn, ces protocoles – plus ludiques – suscitent un réel intérêt aux États-Unis, au Canada ou encore dans les pays d’Europe du Nord, qui n’hésitent plus à les expérimenter en classe. Aux Pays-Bas, par exemple, le gouvernement propose même depuis 2009 aux enseignants qui le souhaitent, de financer leur formation à la méthode d’Eline Snel.

 

Comment expliquer cet emballement ? Tentons de répondre à cette question en regardant ce qui se pratique au Canada.

 

L’exemple du Canada
 

Une journée dans la classe de Christopher Lee ne commence jamais sans un exercice de « respiration ». La tête posée sur leurs bras croisés sur le bureau, à côté des livres de maths, des élèves de septième année (l’équivalent du CM2) de l’école Renfrew de Vancouver (Canada) apprennent à respirer. Ou plutôt à s’écouter respirer, en silence ou, comme ce matin, sur l’Ave Maria chanté par Andrea Bocelli. L’exercice de relaxation est tiré du programme éducatif MindUp, pratiqué par plus d’un millier d’enseignants de la ville de l’Ouest canadien.

 

Appliquée depuis près de dix ans dans les écoles de Vancouver, cette pratique pédagogique s’inspire de la très tendance technique de « pleine conscience » (mindfulness), qui aide à combattre le stress ou la dépression en se recentrant sur l’instant présent. MindUp y ajoute des leçons d’empathie, de contrôle des émotions ou encore d’optimisme. Un cocktail de positivité appelé « apprentissages émotionnels et sociaux », qui a pour but d’améliorer le bien-être des élèves et, in fine, leur réussite scolaire.

 

Les incivilités en classe diminuent
 

Cette méthode vient d’acquérir ses lettres de noblesse avec la publication, fin janvier, d’une étude scientifique reconnaissant ses bienfaits. Pendant quatre mois, les équipes de Kimberly Schonert-Reichl, chercheuse en psychologie qui a contribué au développement du programme MindUp, ont comparé les résultats de deux échantillons d’élèves, l’un suivant ce programme et l’autre non. La conclusion est sans appel : avec ces exercices, les incivilités en classe diminuent, la sensation de bien-être des écoliers s’améliore tout comme leurs résultats en maths.

 

Source : http://www.mieux-vivre-autrement.com/la-meditation-a-l-ecole-pour-favoriser-lapprentissage.html#sthash.TYU0drxG.dpbs

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • White Instagram Icon

Proudly created by Charlene Haeuw for L'Ecole bilingue des petits kids

© Copyright 2016

Contact Us

Tel: 09.54.02.03.44.

Email: news@ecoledespetitskids.com

Address

191 Chemin des Samsons

   74 130 Contamine-sur-Arve

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
Ensemble bâtissons
l'avenir de vos enfants